Quatrième séance du séminaire du Gestes – 4 octobre 2018 – comment et pourquoi les artistes s’emparent de la question de la souffrance et de la santé au travail ?

Quatrième séance du séminaire du Gestes – 4 octobre 2018 

COMMENT ET POURQUOI LES ARTISTES S’EMPARENT DE LA QUESTION DE LA SOUFFRANCE ET DE LA SANTÉ AU TRAVAIL ?

Séance du 4 octobre 2018 de 15h-17h
MSH Paris Nord, 20 avenue George Sand, 93210 Saint-Denis (métro Front Populaire, ligne 12), salle 411

Le stress, le harcèlement moral ou les suicides au travail sont devenus des sujets de société largement débattus. Il est donc logique que l’on retrouve des échos dans les créations artistiques contemporaines. Comment les créateurs abordent ces problèmes ? Dans quelles mesures contribuent-ils à façonner les représentations du travail ? Quel regard complémentaire ou concurrent aux sciences humaines et sociales l’artiste propose-t-il ?

Leïla Gaudin, chorégraphe,  actrice et fondatrice de la compagnie NO MAN’S LAND présentera un extrait de son spectacle « cette heure du matin ». Elle retracera la genèse de ce spectacle et évoquera son intérêt pour la sociologie dans le cadre de sa démarche artistique.

Laurent Quintreau, syndicaliste et romancier parlera notamment de son dernier livre : Ce qui nous guette, roman social d’anticipation qui met en scène les glissements ontologiques -quand le monde s’effondre…-  de plus en plus fréquents et violents, dans une logique algorithmique exponentielle).

Animé par Marc Loriol, sociologue, chercheur au CNRS (IDHES, Paris 1) et Gregor Bouville, maitre de conférences en sciences de gestion, co-directeur de certificats RH Comp&Ben, développement des compétences et des talents, relations sociales, université Paris-Dauphine

INFORMATIONS PRATIQUES

Entrée libre mais inscription obligatoire sur :
http://monintranet.univ-paris13.fr/inscription/gisgestes/

Pour télécharger l’affiche : séminaire 4 octobre 2018