AAP Manifestations scientifiques

Soutien à des manifestations scientifiques

Le GIS GESTES lance chaque année un ou des Appels à Projets (AAP) de Manifestations scientifiques (MS). L’objectif de l’aide est le développement des échanges scientifiques entre équipes de recherche, par le soutien de Manifestations scientifiques organisées par les équipes de recherche des établissements partenaires du GIS. Cet appel donne priorité aux dossiers de manifestations scientifiques internationaux et/ou interdisciplinaires et/ou favorisant les échanges au sein du réseau des chercheurs et laboratoires du GIS GESTES.

Consulter la nouvelle campagne 2022 en cours.

À l’issue de la première campagne 2022, le GESTES a décidé de soutenir les manifestations scientifiques suivantes :

  • Le 33ème Congrès de l’AGRH « Enjeux de société et GRH », projet porté par Lionel Honoré et Laura Asi-Natiran (LEGO, Université de Bretagne Occidentale). Il s’agit d’un important congrès d’envergure internationale qui se tiendra à l’IAE Bretagne occidentale (Brest) les 19, 20 et 21 octobre 2022.
  • La Journée d’études « Bourdieu, Work and Inequalities », projet porté par Maxime Quijoux et Benjamin Brundu Gonzalez (LISE, CNAM) est une manifestation scientifique de portée internationale destinée à montrer la pertinence des travaux de Bourdieu pour l’analyse du travail, des niveaux différenciés de luttes au travail, et des conséquences de la transformation du travail pour l’inégalité économique et sociale. Elle se déroulera les 16, 17 et 18 novembre 2022 au CNAM (Paris).
  • Les séminaires et Journées d’étude du Réseau des Jeunes Chercheurs en Travail et Santé (RJCTS). Le Réseau des Jeunes Chercheurs Travail et Santé (RJCTS) a été créé en octobre 2014 et compte aujourd’hui plus de soixante membres. Il a pour objectif de rassembler des jeunes chercheurs portant des réflexions communes à partir d’ancrages institutionnels, disciplinaires et géographiques différents, pour la plupart doctorants et jeunes docteurs de différentes disciplines (sociologie, histoire, droit, psychologie, ergonomie, économie…) et s’intéressant diversement aux questions de santé au travail. Il a pour objectif de fédérer les recherches en sciences sociales sur ces questions, de favoriser les échanges entre praticiens et acteurs de la recherche et de participer à l’intégration professionnelle des jeunes chercheurs.

La campagne 2021 a permis le soutien de deux manifestations, qui ont finalement été reprogrammées en 2022 :

  • Le dialogue social, objet politique. Regards croisés de la sociologie et des sciences de gestion, projet porté Arnaud Mias (IRISSO-Université Paris Dauphine), est une manifestation scientifique en deux volets. La première journée d’études s’est déroulée à distance en 2021, le financement a donc été reporté sur la journée du 8 mars 2022 qui privilégie un angle de questionnement complémentaire à celui de la première journée, en abordant l’analyse des pratiques de dialogue social du point de vue des acteurs managériaux.
  • Risques et ressources du travail émotionnel : actualités, enjeux pour la prévention, perspectives théoriques et méthodologiques, projet porté par Eric Drais (INRS) et Thomas Bonnet (CMW-Université Lyon 2), un colloque initialement prévu fin 2021 et qui a été reporté les 19 et 20 mai 2022.

Lors de la nouvelle campagne 2020 (seconde vague), le GIS a décidé de soutenir deux manifestations (reportées en 2021, en raison de la crise sanitaire) :

  • « Travailler pour quoi faire » (TPQF), projet porté par Eric Hamraoui (CRTD-CNAM), un important colloque international franco-brésilien qui a reçu une évaluation notée A. Le montant du soutien demandé au GIS est de 4000 euros. REPORT EN 2022
  • Le Congrès International de Psychologie du travail de Langue Française (AIPTLF), projet porté par Marc-Eric Bobillier Chaumon (CRTD-CNAM), qui a reçu une évaluation notée A. Le montant du soutien demandé au GIS est de 4000 euros.

La campagne 2020 (première vague) s’est close le vendredi 22 novembre et les résultats ont été communiqués début janvier. Le Réseau des Jeunes Chercheurs Travail et Santé (RJCTS) a ainsi bénéficié d’un soutien de 4000 euros pour l’organisation d’un séminaire ainsi que d’une journée d’étude à l’automne 2020 initialement (report en 2021).

Lors de la campagne 2019, Le GIS Gestes a décidé de soutenir quatre manifestations scientifiques :

  • « Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles (1919-2019) », porté par l’IRISSO et le CSO, rattachés respectivement à l’Université Paris-Dauphine et à Sciences Po. Cette manifestation scientifique s’est déroulée les 19 et 20 juin à Sciences Po.
  • le colloque : « Du travail au lieu de vie. Quelles mobilisations contre les risques professionnels et les atteintes à l’environnement ? » organisé à l’initiative de militants de la santé au travail et de chercheurs en sciences humaines et sociales par l’Université Lyon 2 – TRIANGLE. Le 14 et 15 novembre 2019 à Givors.
  • le workshop : « Conditions de travail, risques psychosociaux et santé des immigrés et descendants d’immigrés » organisé par l’Institut Convergences Migrations UMR 7192 , la Drees, Mission Recherche, la Dares, département Conditions de travail et Santé le 14 octobre 2019 au Campus Condorcet.
  • Le  colloque « Justice sociale et globalisation, l’Organisation internationale du travail en action depuis 100 ans » (26, 27 et 28 juin 2019) porté par le Centre d’histoire sociale, mondes contemporains (CHS, UMR 8058) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, coordonné avec l’Université de Genève, New York University, l’IEP Grenoble, le Ministère du Travail, l’OIT Bureau de Paris et le Conseil économique, social et environnemental.

En 2018, les manifestations scientifiques qui ont pu bénéficier d’un soutien du GIS Gestes à l’issue de la procédure sont :

Lauréats AAP 2012-2016

2016


  • Camille GASNIER, CNRS – MSH Paris Nord USR 3258, « Réseau jeunes chercheurs Travail et santé »
  • Fanny GALLOT, UPEC – CRHEC EA 4392, « Travail et consommation XIXe-XXe-XXIe siècle »
  • Benjamin LYSANIUK, UP13 – IRIS UMR 8156, « Briser l’invisibilité des cancers d’origine professionnelle. Mise en perspective internationale de l’expérience du GISCOP 93 »
  • Géraldine RIEUCAU, UP8 – LED EA 339, « Économie sociale et économie politique : regards croisés sur l’histoire et sur les enjeux contemporains »
  • Anne-Lise ULMANN, CNAM – CRTD EA 4132, « Penser et réaliser la transformation du travail : l’apport de la démarche ergologique et de l’œuvre d’Yves Schwartz »

2015


  • Sophie POCHIC, CNRS – CMH UMR 8097, « Que font les consultants au monde social ? Propriétés, pratiques et contributions du ‘conseil’ à la construction de la réalité »
  • Camille GASNIER, CNRS – MSH Paris Nord USR 3258, « Réseau jeunes chercheurs Travail et santé »
  • Emmanuel HENRY, Université Paris Dauphine – IRISSO UMR 7170, « Mieux équiper la décision en santé au travail : de quelle(s) science(s) a-t-on besoin ? »
  • Muriel PRÉVOT-CARPENTIER, Université Paris Nanterre – Sophiapol EA 3932, « Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain »
  • Maxime QUIJOUX, UVSQ – PRINTEMPS UMR 8085, « Travail et socialisation, quelle fabrique du salariat contemporain ? »

2014


  • Emmanuel HENRY, Université Paris Dauphine – IRISSO UMR 7170, « Comment mieux équiper la prise de décision en santé au travail ? Enjeux autour de la production de connaissances scientifiques et d’expertises »
  • Jean-Pierre DURAND, Université Evry Val d’Essone – CPN EA 2543, « Syndicalisme et santé au travail »
  • Marc LORIOL, Université Paris 1 – IDHES UMR 8533, « La construction sociale du stress et de la souffrance au travail »
  • Isabelle GERNET, Université Paris Descartes – PCPP EA 4056, « Pathologies de la modernité. Quelle place pour le travail ? »
  • Emmanuel RENAULT, Université Paris Nanterre – Sophiapol EA 3932, « Les enjeux politiques du travail »

2013


  • Constance PERRIN-JOLY, EHESS – IRIS, « Nouvelles formes de GRH : interroger la personalisation, agir sur le travail »
  • Aurélie JEANTET, CNRS – CRESPPA UMR 7217, « Emotions et travail : quels apports de la sociologie ? Vertus heuristiques et effets pratiques d’une approche du travail en termes d’émotions »
  • Michèle TALLARD, Université Paris Dauphine – IRISSO UMR 7170 , « Trajectoires profesionnelles et dispositifs publics en action »

2012


  • Sylvie CELERIER, CEE, « Le travail indépendant : santé et conditions de travail »
  • Laure PITTI, CNRS – CRESPPA CSU UMR 7217, « Maladies industrielles et mobilisations collectives »
  • Régine BERCOT, CNRS – CRESPPA GTM UMR 7217, « Le genre du mal-être au travail »
  • Christophe DEJOURS, CNAM – CRTD EA 4132, « Psychodynamique et psychopathologie du travail : suicide et travail »
  • Maxime QUIJOUX, CESSP, « Bourdieu et le Travail »
  • Adrian ZICARDI, ESSEC, «  L’Impact du contrôle de gestion sur la vie au travail : une réflexion critique »